[accueil] ---- [bio] ---- [films & vidéos] ---- [live] ---- [livres & textes] ---- [projets] ---- [contact] ---- [espace pro] ---- [liens] ---- [?]


page éditée le 27/12/2003
dernière mise à jour : 01/10/2016



l'hirondelle

super 8, 3', n&b, musique - 2003
musique
: the swallow song de joan baez, texte de richard farina
avec marion janin
libre et aérienne adaptation d'une chanson du passé

film ditribué par le Collectif Jeune Cinéma
copies disponible : Super 8 ou mini DV
infos programmateurs

*



On considère généralement, au cinéma comme dans la vie, que la communication passe principalement par les mots. Ou du moins que les mots sont les plus à même d'être porteur de sens, les plus à même de fournir une explication, les plus à même aussi d'être un exutoire.

Pour ma part, je n'ai parlé que très tard (vers 5 ans), et même si je manie aujourd'hui les mots avec une certaine aisance, ils ne m'intéressent qu'assez peu (à moins de les utiliser comme une matière brute à travailler, et non uniquement dans une pseudo transparence, s'accompagnant trop souvent de redondance, de verbo-centrisme ou de dicta-ture), et les considère toujours, au même titre que l'image et les sons, avec une certaine méfiance, et une permanente et intransigeante distance critique.

À part une chanson en anglais (mais je ne parle pas l’anglais) ce film, plus que tout autre de mes films est un film sans mots, voulu et conçu comme tel. J'ai monté entiérement ce film sans comprendre un mot des paroles de la chanson. Le titre du film est venu après, une fois effectué une laborieuse traduction de la chanson.

— par ailleurs et pour toutes ces raisons, ce film se passe très bien de commentaires, et ce texte, comme le titre, comme les paroles de la chanson sont probablement de trop, mais peu de films sont parfait, et faut-il nécessairement l'être ?

cr


*




THE SWALLOW SONG

Come wander quietly and listen to the wind
Come here and listen to the sky
Come walking high above the rolling of the sea
And watch the swallows as they fly

There is no sorrow like the murmur of their wings
There is no choir like their song
There is no power like the freedom of their flight
While the swallows roam alone

Do you hear the calling of a hundred thousand voice
Hear the echo in thundering
Do you hear the angry bells ringing in the night
Do you hear the swallows when they've flown?

And will the breezes blow the petals from your hand
And will some loving ease your pain
And will the silence strike confusion from your soul
And will the swallows come again?

Richard Farina, 1964





voir le film (en qualité pourrie !) : http://www.dailymotion.com/video/xoez3_l-invention-de-la-route-ricard-cola_creation







haut de page
------------